Pour la première fois cette année, deux projets « Créatives » sont menés sur le département : l’un à Brest encadré par la chorégraphe Mari Flones et le metteur en scène Lionel Jaffrès et l’autre à Morlaix sous la direction des chorégraphes, Bernardo Montet et Dimitri Tsiapkinis. Ces artistes ont une démarche artistique accueillant toutes les formes de culture et notamment celles qui ne s’expriment pas dans les lieux de programmation culturelle. « Partager une création artistique avec une population dont on entend peu ou pas assez la parole m’empêche d’être déconnecté du monde dans lequel je vis », souligne Lionel Jaffrès. « Je suis avant tout un artiste et j’interviens en complémentarité des dispositifs d’accompagnement. Ces femmes sont demandeuses d’un projet collectif favorisant le lien social et l’estime de soi. » « Nous pratiquons la danse avec elles sans chercher à soigner leurs maux, précise Dimitri Tsiapkinis. On améliore leur qualité de vie en travaillant sur leur expressivité, leur créativité. Plus on a confiance en sa parole et en son geste, plus on gagne face à la vie, la danse a un effet thérapeutique en exorcisant les problèmes qui ont du mal à s’exprimer. » « On juxtapose des regards et des pratiques, poursuit Lionel Jaffrès. Les postures corporelles, les expressions du visage, l’appréhension du mouvement changent au cours d’une même séance et tout au long de l’apprentissage. Lors des premiers ateliers, elles se sentent souvent en danger. La confrontation à l’autre les terrorise. Elles s’observent or pour elles le regard des autres, des institutions, des assistantes sociales les stigmatise, les contraint. Se sentant jugées, elles se dévalorisent et s’empêchent d’avancer. En travaillant en groupe, elles s’ouvrent aux autres, s’émancipent et se libèrent de leur corps en évitant la pensée. C’est frustrant de ne toucher qu’une quinzaine de femmes lorsqu’on voit les résultats probants du dispositif, mais cet accompagnement individuel ne pourrait survivre à une action de masse. »

Lire aussi > La danse, pour se réapproprier sa vie