IJINUS : Génie sans frontière

Ijinus

« Ijinus » (innovation, en breton), la société créée par Olivier Le Strat, a rencontré des soutiens bienveillants sur son chemin – Alain Glon, technopole Quimper-Cornouaille, Cocopaq… Et pour cause. Grâce à son audace et son inventivité, elle est devenue un « petit poucet » au champ d’action planétaire.

Une entreprise innovante implantée à Mellac (Kervidanou 3) qui emploie 16 personnes à temps plein, affiche un chiffre d’affaires en croissance régulière (2 millions d’euros attendus cette année ; 1,5 M€ l’an dernier ; 1 M€ en 2011) et s’impose sur des marchés mondiaux, mérite un coup de projecteur. Comme souvent, tout est question d’état d’esprit. « L’idée est venue d’une discussion autour d’une pizza avec Alain Glon », se souvient Olivier Le Strat, le Pdg. « Nous parlions de la gestion des stocks et des pertes de rendement dues aux sur ou sous-capacités dans les silos. Mes oreilles sont devenues très attentives. Six mois plus tard, j’ai dit à Alain que je pensais avoir trouvé la solution à son problème et que je créais ma boîte. Je lui ai donné rendez-vous dans trois ans. Il m’a répondu : tu es fou mais vas-y ! ».
« Pur passionné de technologie », il axe son projet sur la gestion des stocks. Ijinus voit le jour le 4 juillet 2003. La première application concerne la mesure des volumes dans les silos. Un travail mené en étroite concertation avec les éleveurs. « Ils m’ont dit ce qui voulaient, et surtout ce qu’ils ne voulaient pas », explique Olivier Le Strat. Ce qui l’a amené à concevoir une liaison sans fil entre silos et bâtiments d’élevage afin d’éliminer deux risques principaux : arrachage et foudroiement. « Un article de presse a ensuite éveillé l’attention de Veolia Eau. On était le petit poucet face aux ogres. Nous avons répondu de manière très simple. J’ai écrit qu’ils pouvaient rêver mais que nous n’hésiterions pas à fixer très rapidement des limites techniques. Cela leur a plu ! ». La création d’un capteur pour l’assainissement permet alors à l’entreprise cornouaillaise d’entamer son essor industriel.
« Nous fonctionnons en mode Lego, en maîtrisant la totalité des briques technologiques », souligne Olivier Le Strat. Après l’entrée dans le capital du Crédit Mutuel Arkéa à hauteur de 10%, l’ambition devient internationale. « 25% de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’export. Nous visons 50% dans cinq ans et 75% dans sept à huit ans ». Aujourd’hui, la moitié du CA provient des activités liées à l’environnement, 30% de l’agroalimentaire et 20% de l’optimisation de la logistique (supply chain). Côté marchés, le « petit poucet» de Mellac est adoubé en Chine, en Australie, au Mexique, au Canada et aux Etats- Unis. « Nous prévoyons deux implantations physiques. La première, à Milwaukee (Wisconsin/USA), devrait être effective au 1er janvier 2014. Notre représentant sera un Breton, Matthieu Urvoy », affirme le Pdg d’Ijinus. La seconde est programmée à Shanghaï à l’horizon 2015 après évaluation des potentialités des marchés.

Plus d’infos : www.ijinus.com