Le modèle des criées cornouaillaises inspire la Scandinavie, par Albert Billon

Délégation suédoise en Cornouaille

Il y a un peu plus de 2 ans, un élu suédois par le truchement de Patrick Bolzer du GRETA de Quimper, s’est intéressé à la manière dont la Cornouaille traitait sa filière Pêche. Avec 2 points d’entrée : la formation et la place des femmes !

En recevant une délégation d’élus et de techniciens du port de Simrishamn, le 22 juin 2011, nous ne savions pas encore que nous entamions alors de fructueux échanges entre la Bretagne et la Scanie suédoise, dont je ne connaissais qu’Ystad et le Commissaire Kurt Walander, héros de polars, inspiré par le brillantissime Hennig Mankell. Ce jour là, pour cette 1ère visite sous la criée du Guilvinec, nous avons été accueilli par Hélène Tanguy, encore Maire de la commune et Jean-Louis Debré, Président du Conseil Constitutionnel. Les augures étaient avec nous…

Situé sur la côte sud-est de la Suède, tourné vers la Baltique, Simrishamn est un port de débarquement essentiellement tourné vers le cabillaud et le hareng qu’ils pêchent au chalut, au filet ou à la cage, pour un prix moyen inférieur à 1 € ! Avec environ 12 000 tonnes pêchées, ils réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 10 M€ ! Avec un seul acheteur et une criée basée à Göteborg située à 400 km de là, sans aucune transformation sur place, la manière dont nous fonctionnons, ne pouvait que les intéresser….

En quelques heures, après le lycée maritime, l’OPOB et la criée, ils sont repartis convaincus que nous détenions une partie des réponses à toutes les questions qu’ils se posaient : la vente à distance – la transformation – la formation des jeunes ou encore, les labels, le tourisme, la commercialisation, ou la fabrication de glace etc…En face de « Cornouaille, Port de Pêche », ils s’imaginaient « Scanie, Port de Pêche» regroupant les 44 structures portuaires de la Région.

Ils m’ont invité fin juillet 2012 à venir présenter notre « modèle » économique et les organisations qui le sous-tendent. A partir des données produites par la CCI de Quimper-Cornouaille, j’ai pu leur présenter l’essentiel du secteur, tant du point de vue des emplois que de l’impact et des enjeux financiers. Impressionnés, notamment par le poids économique de la pêche sur notre territoire, ils ont retenu l’idée d’approfondir 2 ou 3 pistes jugées transférables à la Suède : le renforcement du rôle des acheteurs, pour offrir et maintenir un prix correct aux marins – rechercher les conditions d’une possible transformation sur place des produits débarqués – valoriser le poisson débarqué auprès des restaurateurs et des consommateurs locaux (vente sur place, expositions photos, démonstration d’engins de pêche de type casiers…) – attirer les jeunes…

Il est à noter que les Communes en Suède ont des pouvoirs renforcés pour tout ce qui touche au développement territorial, qu’il soit économique, éducatif ou culturel. Elles ont des capacités d’initiatives et de gestion dont elles peuvent se saisir pour ce qui est du développement portuaire par exemple. Nous avons ainsi reçu une nouvelle délégation d’élus locaux en octobre 2012. Un armateur local et un représentant du ministère de l’Agriculture suédois les accompagnaient. Je dois dire qu’ils ont été très impressionnés par le simulateur de navigation vu au Lycée et l’énergie déployée par les professionnels de Loctudy, armateur ou mareyeurs, pour faire vivre leur port. Comme un symbole de leur propre ambition. Devant les apprentis «Patrons » et comme pour nous dire qu’ils avaient foi en l’avenir, ils leurs ont proposé de venir en stage en Suède. A charge pour les jeunes d’organiser leur venue.

Concrètement les choses avancent bien. Un 2ème mareyeur va s’installer en juin sur le port de Simrishamn. Une station de bio-gaz est en cours d’installation sur les quais, ainsi qu’une unité de fabrication de glace. Une convention vient d’être signée avec le port de Smögen (côte ouest de la Suède, au nord de Göteborg), plus vieille criée du Pays, pour une mise en réseau de la vente à distance. Un centre de formation pour adultes de l’archipel de Stockholm – Vaddo Folkhögskola– va installer sur place, une unité de formation de jeunes et d’adultes, aux métiers de la Pêche. Une 1ère cession va s’ouvrir en septembre 2013. Ils seront à pied d’oeuvre pour accueillir les 13 apprentis du Guilvinec qui du 5 au 11 octobre viendront y effectuer un stage embarqué.

La morale de cette histoire est toujours la même. Quand les communautés humaines se rencontrent et partagent leur culture, leurs questionnements, leurs solutions, sans pour autant se dissoudre et se copier bêtement, alors l’Humanité avance et progresse. Par la rencontre et l’analyse de nos différences, nous sommes collectivement capables de résoudre bon nombre de problèmes. Beaucoup de choses sont transférables. Si la Cornouaille par ce qu’elle est, peut simplement inspirer d’autres territoires, nous serons fiers d’en être et d’y vivre, d’appartenir à cette communauté maritime ouverte sur le monde.