« CRÉER UNE UNION SACRÉE »

Quel est votre regard sur l’avenir de la filière en Cornouaille ?
La pêche constitue l’un des piliers de l’économie de la Cornouaille. Elle fait partie de notre âme, de notre identité. Sa pérennité représente un enjeu majeur d’aménagement du territoire. Il est impossible de concevoir l’avenir de nos communes sans elle, tant les acteurs de cette filière sont intégrés dans la vie locale et le tissu économique. Nous demeurons un territoire de référence au niveau européen.

Comment soutenir l’activité ?
Les pêcheurs ne savent jamais ce qui va leur tomber dessus : interdictions, quotas, zéro rejet en mer… Politiquement, il serait souhaitable de rendre les décisions européennes plus visibles et plus lisibles. Pour ce qui concerne le renouvellement de la flottille, les subventions ayant disparu, le soutien à la construction de bateaux neufs s’envisage essentiellement sous les angles de la sécurité, de l’amélioration des conditions de travail et des économies d’énergie. En matière d’équipements portuaires, l’effort est continu et collectif. La communauté de communes du Pays Bigouden Sud a ainsi contribué à hauteur de 170 000€ au financement de l’élévateur à bateaux du Guilvinec. Pour avancer, il nous faut créer une unité sacrée !

Comme au sein de « Mer de Cornouaille » dont vous présidez le comité de pilotage* ?
La première réunion a eu lieu le 19 mars dernier. Les objectifs sont d’inscrire l’espace marin dans les stratégies d’aménagement et de développement à l’échelle de la Cornouaille, faire émerger des projets durables et réduire les conflits d’usage. Cette démarche, pilotée par Quimper Cornouaille Développement, est soutenue (à hauteur de 200 000€) par la Région suite à l’appel à projets « Gestion Intégrée de la Zone Côtière » (GIZC). Le périmètre retenu est pertinent : de Crozon à la Laïta et jusqu’à 50 milles au large. « Mer de Cornouaille » a vocation à être un lieu d’échanges et de concertation entre les acteurs qui se partagent le milieu. Le diagnostic sera présenté cet automne. Suivra la réalisation d’un plan pour le développement durable des activités maritimes qui doit être proposé au printemps 2014.

*La GIZC Ouest-Cornouaille y est pleinement associée afin de prévenir d’éventuels « doublons ».
Plus d’infos : www.sioca.fr ; www.ouest-cornouaille.com ; www.quimper-cornouaille-developpement.fr