La filière conchylicole se relève tout juste de la crise de 2008 qui a entraîné la fermeture d’environ 30% des entreprises du secteur. « Ce pourcentage élevé s’explique surtout par le fait que des professionnels partant à la retraite ne trouvaient pas de repreneurs », pondère Hervé Jenot, président du Comité régional de conchyliculture Bretagne sud qui s’étend de Camaret au Croisic. La filière emploie sur toute la zone près de 2 000 salariés équivalents temps plein. Avec sa production de 90 000 tonnes en 2012, elle génère 40% de la production nationale grâce aux concessions situées en baie de Quiberon, sachant que « la production nationale a été divisée par deux depuis 2008 ». Les conchyliculteurs doivent faire face à des problèmes de taille : « La qualité de l’eau qui dans certains secteurs se dégrade, la surmortalité des juvéniles due essentiellement au réchauffement de la mer et la pression immobilière sur le littoral qui ne favorise pas le maintien des chantiers ostréicoles », énumère Hervé Jenot.