Rapport Gallois : éloge de la formation

Louis Gallois – Commissaire Général à l’Investissement – dans son rapport intitulé « Pacte pour la compétitivité de l’industrie française » remis en novembre dernier au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, dresse de rudes constats. Entre 2000 et 2011, la part de l’industrie (hors construction) dans la valeur ajoutée totale en France est passée de 18 % à environ 12,5 %, nous situant désormais à la 15e place parmi les 17 pays de la zone euro. Notre pays a perdu plus de 2 millions d’emplois industriels en 30 ans. Il se retrouve pris en tenaille entre des industries « haut de gamme » (Allemagne…) et des industries à « bas coûts » (pays émergents, Europe du Sud ou de l’Est…). « Les chefs d’entreprise ont souvent le sentiment d’être ‘’cloués au pilori’’. Or, ils ont besoin de stabilité et de visibilité à long terme (65 modifications de la taxe professionnelle en 35 ans !) et plus globalement d’un ‘’écosystème accueillant’’ ».
Certaines propositions emblématiques du rapport Gallois ont été largement médiatisées comme sa proposition de « créer un choc de compétitivité en transférant une partie significative des charges sociales (jusqu’à 3,5 SMIC) vers la fiscalité et la réduction de la dépense publique ». En revanche, la 4e partie du rapport, consacrée aux « leviers de la politique industrielle » a suscité un moindre écho médiatique. C’est regrettable parce qu’il y est question de formation. « L’Education est à la base de la compétitivité d’un pays », souligne Louis Gallois. « L’enseignement technique et professionnel ne bénéficie toujours pas, en France, de la priorité qu’il mérite même si les Régions ont fait un effort considérable d’investissements dans les lycées. Les moyens alloués sont encore insuffisants et l’image de cet enseignement, au moment de l’orientation des jeunes, n’est pas valorisée. La différence avec l’Allemagne est ici massive ». D’où la proposition de systématiser la présence des entreprises dans la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements (conseils d’administration), des Régions (établissement des cartes de formation) et au niveau national. Et celle de « doubler le nombre de formations en alternance sur la durée du quinquennat ».

Plus d’infos : www.economie.gouv.fr