La solidarité alimentaire : retrouver le goût de vivre !

Visite du Potager de Marianne d'ANDES à Rungis et de l'épicerie solidaire Sol'Epi de Chevilly-Larue, 25.11.2011

Aller au-delà de la mise à disposition d’une aide alimentaire : une préoccupation de beaucoup de structures, publiques ou privées.

Les épiceries sociales et solidaires se développent dans le Finistère, qui en compte 9 depuis l’ouverture de l’agoraé à Brest (lire en page 19). Pour couper avec un ressenti d’assistanat, les aliments et produits d’hygiène y sont en vente, mais à prix très réduits. Les personnes bénéficient d’un budget qu’elles gèrent en choisissant ce qu’elles mettent dans leur cabas. Ces lieux d’accueil et de convivialité sont souvent en lien avec d’autres activités, portées ou non par la même structure. A Quimperlé, le CCAS gère l’épicerie, et le CDAS les ateliers de cuisine. A Quimper, le CCAS propose des ateliers culinaires hebdomadaires dans les locaux de son épicerie. Durant l’hiver, l’accent est mis sur la confection de soupes à base de légumes, simples et nourrissantes. Les bénéficiaires participent aussi à des séances de jardinage ou des sorties culturelles et sportives.

Brest : de l’assiette au jardin
« Ici nous cuisinons tous les mardis depuis 15 ans », témoigne Annie Le Moigne, qui coordonne la Maison des 4 Moulins du Secours Catholique de Brest. « La personne qui propose un menu est chef de cuisine du jour. L’accent est mis sur la convivialité, les échanges. Nous découvrons régulièrement des cuisines étrangères, d’autres manières de composer les repas. Par exemple avec moins de viande, donc moins cher. C’est une vraie ouverture. Apprendre à se faire à manger participe à la revalorisation des personnes. Je les vois changer, être mieux dans leur peau ! » « Au-delà des colis alimentaires d’urgence, mon travail consiste à accompagner des projets portés par des personnes et renforçant leur autonomie », renchérit Ludovic Raullin, animateur de réseaux de solidarité dans le pays de Brest. « Les jardins solidaires de Keraudren sont un bon exemple. Les bénéficiaires s’y engagent pour une longue période. Puis les récoltes sont partagées en 3 : entre les familles qui cultivent, les colis d’aide du Secours Catholique ou d’autres associations, et le grand public, en échange de dons dont une partie soutient un projet agricole au Sénégal. » Quand solidarités ici et là-bas se combinent, chacun semble avancer.

CDAS Centre Départemental d’Action Sociale de Quimperlé, 15 rue Ellé – 02 98 50 11 50
CCAS Centre Communal d’Action Sociale de Quimper, 8, rue Verdelet – 02 98 64 51 00
Maison des 4 Moulins du Secours Catholique, 10 avenue du polygone, à Brest 02 98 05 24 18 – secours-catho.rive-droite@wanadoo.fr

ÉPICERIES SOLIDAIRES

Depuis 2000, l’ANDES (Association Nationale de Développement des Épiceries Solidaires) fédère de nombreuses épiceries, y compris dans le Finistère. Elle propose une aide à la création, à la mise en réseau territoriale, au développement de projets en lien avec les épiceries : ateliers de cuisine, chantiers d’insertion, jardins… « Mon travail consiste à accompagner et soutenir les épiceries de Bretagne et Pays de la Loire, qu’elles adhèrent ou non à l’ANDES, » précise Jean-François Greaud, animateur réseau des régions Pays de la Loire et Bretagne. « En partant des besoins, des projets des gens, mais aussi de leurs compétences et savoir-faire, les épiceries sont un formidable outil pour aider à remettre les personnes dans le droit commun, c’est-à-dire dans la vie de tous les jours, y compris le circuit du travail », s’enthousiasme Jeff Greaud. « Valoriser les personnes est un objectif au coeur de nos ateliers de cuisine appelés Compagnie des Gourmands. » Le plaisir de manger, donc de cuisiner, y compris en famille, permet de « travailler » les relations parents-enfants tout en découvrant des plats et des aliments santé. « Lorsque les fruits et légumes sont de qualité dans les épiceries, les gens les achètent, ils ne sont pas réticents aux légumes par principe ! », souligne l’animateur.
« Nous proposons dorénavant à nos adhérents de bénéficier d’une enveloppe expérimentale qui leur permet d’acheter des fruits et légumes auprès de producteurs locaux. Cela répond à un besoin important de se fournir en circuit court. »

ANDES, le réseau des épiceries solidaire : www.epiceries-solidaires.org


À lire également :

> UBO : les étudiants cuisinent la solidarité