Interview de Renaud Sarrabezolles, président de En route pour l’Emploi

Renaud Sarrabezolles

En quoi l’absence de mobilité autonome entrave-t-elle l’accès à l’emploi durable ?

C’est le frein numéro un. L’obtention du permis de conduire représente un enjeu majeur pour l’autonomie, en particulier pour les jeunes. Dans ce contexte, l’accès au micro crédit peut constituer une réponse efficace aux difficultés qu’éprouvent les candidats à boucler leur financement au-delà de leur apport personnel. Le permis coûte cher et le paysage des aides est éclaté.

La situation est-elle homogène dans le Pays de Brest ?

Non, nous observons une différence flagrante entre territoires urbains et ruraux. En ville, les jeunes ne perçoivent pas toujours l’utilité de passer leur permis, notamment parce que leurs parents ne le possèdent pas mais parviennent à s’en passer. A la campagne, ils sont en revanche confrontés à cette problématique dès leur plus jeune âge.

Les transports en commun constituent-ils la panacée ?

Il est nécessaire et souhaitable de développer un réseau de transports en commun ambitieux et performant. Mais cela ne permet pas de résoudre dans sa globalité la question des déplacements des jeunes en difficulté d’insertion professionnelle sur l’ensemble du Pays de Brest. La possibilité de conduire un véhicule individuel reste un enjeu essentiel. Si l’on mise tout sur les bus ou le tram, on ne répond qu’à une partie du problème.