Qu’est-ce qu’un accompagnement réussi ?

Il consiste à prendre en considération la globalité de la situation (mobilité, logement, santé…). Nous nous efforçons de redonner confiance et de tracer des perspectives d’avenir. Le jeune est un esprit en construction. Il faut se mettre à sa portée et lui consacrer le temps nécessaire. Ce d’autant plus que le Conseil général du Finistère a fait le choix, il y a huit ans, de désigner les missions locales comme portes d’entrée uniques pour l’ensemble des dispositifs d’aides départementaux dédiés aux jeunes.

Comment travaillez-vous sur l’écoute ?

Nous développons des compétences spécifiques. Chaque année, les conseillers font remonter au niveau régional leur ressenti de terrain. C’est sur cette base que nous élaborons notre programme de formation.

Quels sont les enjeux du travail en réseau ?

Les missions locales réalisent un travail de rapprochement permanent entre entreprises et jeunes aux parcours atypiques. Notre rôle est de tisser des liens. Il ne faut jamais perdre de vue le sens de notre action. La machine doit se mettre en ordre de marche au seul bénéfice des jeunes. Nous devons tout mettre en œuvre pour leur apporter des réponses. Cela implique une coopération institutionnelle, que l’on peut toujours améliorer, et des relations personnelles de qualité entre acteurs sur le terrain.

 

Lire aussi > Missions locales du Finistère : proches et efficaces