Nul n’est inemployable par Claude Vautrin

Insertion, réinsertion, même combat. Que l’on soit jeune – diplômé ou en difficultés – en quête d’un premier emploi, ou senior victime du chômage de longue durée, la problématique humaine et sociale reste la même : (re)gagner sa place dans l’univers professionnel, garant – ce dernier fût-il aujourd’hui trop souvent empreint de précarité – d’une reconnaissance, porteur de lien social et de respect de soi, bref gage d’un meilleur équilibre individuel et collectif.

L’insertion passe donc logiquement par l’activité économique. Le constat et le projet ne sont pas nouveaux, générant depuis plus de trois décennies des expériences et des dispositifs, plus ou moins convaincants, imaginés en tout cas pour soutenir celles et ceux qu’un accident de la vie – perte d’un emploi, état de santé défectueux, âge – a détourné du marché de l’emploi. On ne peut en cela y voir malice.
Nombreuses sont aujourd’hui les structures spécialisées, telles que les entreprises d’insertion, les associations intermédiaires, les ateliers et chantiers d’insertion, à s’investir dans cet accompagnement, via des conventions avec l’Etat et des collectivités territoriales. Sur la base souvent de projets innovants.

Nul n’est inemployable. Voilà bien le credo développé, au quotidien, par des employeurs qui font non seulement œuvre humaine, en structurant le parcours personnel et professionnel de leurs salariés, mais induisent tout autant une réelle valeur ajoutée économique et sociale sur leurs territoires.
Réponse solidaire et sociale à la crise, dont on mesure chaque jour, la pertinence, l’insertion par l’activité économique pourra-t-elle pour autant résister à l’ampleur des dérèglements économiques et financiers en cours ? Il est plus que souhaitable qu’il en soit ainsi. Car les initiatives partenariales mises en œuvre autour de l’insertion économique sont de nature à générer des solutions inédites aux crises de l’emploi et de l’Etat providence. Mieux, elles s’imposent à l’évidence comme une belle illustration de la nécessaire transformation de l’économie et du social dans nos sociétés.