Bientôt une liaison maritime à l’année entre Brest et la Presqu’île de Crozon ?

Le gérant des Vedettes Azénor, Erwan Le Bihan, souhaite créer une liaison quotidienne entre le port de plaisance du Moulin-Blanc et Le Fret.

« Je crois fortement à la réussite de ce projet ». Erwan Le Bihan, patron depuis mars 2011 de la société des Vedettes Azénor basée au Moulin-Blanc, veut mettre en place des liaisons maritimes quotidiennes entre Brest et la Presqu’île, via le port du Fret. La grille horaire est établie : 8 allers-retours quotidiens (premiers départs de Brest à 6h30 et du Fret à 7h ; derniers appareillages de Brest à 19h30 et du Fret à 20h). La répartition est équilibrée : 3 allers-retours le matin, 2 à l’heure du déjeuner, 3 en fin d’aprèsmidi. Durée de la traversée : 20 à 25 minutes !
Erwan Le Bihan n’est pas le seul à y croire. « Des discussions ont été entamées avec les maires de la Presqu’île, le directeur du Pays de Brest, des élus du Conseil général et des collaborateurs de la CCI de Brest », précise-t-il. « La Marine nationale s’implique également, en complément des transrades militaires ».
« Il existe une demande très forte des Presqu’îliens depuis longtemps, assure Daniel Moysan, président de la Communauté de communes de la Presqu’île de Crozon. Grâce à cette navette, ils pourront aller à Brest pour une demi-journée sans passer 3 heures sur la route. Nos étudiants pourront également faire le trajet tous les jours. Cela va désenclaver la presqu’île et permettre aux habitants du Pays de Brest de venir chez nous. Un tiers des résidences secondaires de Crozon appartient à des Brestois. »
Azénor pourrait lancer ce nouveau service début septembre, dans la mesure où certaines conditions sont réunies. « Nous ne pouvons pas envisager la commercialisation de ces navettes par la seule vente de billets à l’unité », souligne Erwan Le Bihan. « La société est à même d’offrir un prix de traversée très bas à ses abonnés (par exemple : 165 euros mensuels pour 200 abonnés ou 110 euros pour 300), tout en couvrant ses frais et charges de fonctionnement ». Des tarifs préférentiels (étudiants, demandeurs d’emploi) sont à l’étude.
Les aménagements nécessaires au port du Fret dévraient être réalisés par la Communauté de communes qui a déjà réservé un terrain pour y aménager un parking : rénovation de la digue, création d’un abri, facilités de stationnement…
« Six emplois pourraient être créés », conclut le patron d’Azénor. « Nous étudions par ailleurs la possibilité d’acquérir un bateau de 100 places à propulsion électrique capable de relier les deux rives en une demi-heure. Mais ce projet ne conditionne pas le lancement de la liaison. Pour l’instant, nos moyens existants suffisent ».