Les énergies marines renouvelables ont leur institut à Brest

Sabella photo de Pierre Karleskind
France Énergies Marines a franchi l’été dernier une étape décisive de l’appel à projets au titre des investissements d’avenir (grand emprunt) pour la constitution d’un Institut d’excellence des énergies décarbonées (IEED) dont le siège sera situé à Brest. « L’Institut bénéficie du soutien de plusieurs régions : Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie, Aquitaine, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Réunion », explique Yann-Hervé De Roeck, chef de projet à l’IFREMER. « Nous interviendrons de façon transversale et pluridisciplinaire sur l’ensemble du spectre des énergies marines renouvelables : éolien, hydrolien, houlomoteur, énergie thermique des mers… ». Avec l’ambition de « permettre de lever des verrous technologiques pour assurer la fiabilité et la rentabilité » des EMR, « tout en prenant en compte leur impact environnemental et leur acceptabilité sociale ».
Chiffres-clés : France énergie

• 5 sites d’essais en mer, 2 éoliens (Groix et Fos-sur-Mer), 1 houlomoteur (Le Croisic), 2 hydroliens en mer (Paimpol-Bréhat) et en estuaire (Bordeaux).
• 55 chercheurs, ingénieurs et techniciens déjà mobilisés.
• 142 millions d’euros de budget total prévu sur 10 ans.
• Le déploiement massif des énergies renouvelables permettra d’augmenter la production électrique de la Bretagne (34% d’autonomie à l’horizon 2020 contre 8,5% aujourd’hui) avec un objectif de puissance installée de 3600 MW en 2020.