Le nouveau visage des logements de Kergoat

Logo BMH

Brest Métropole Habitat achèvera au printemps le chantier d’amélioration thermique de 566 logements locatifs sociaux à Kergoat. 

Les mauvais résultats du diagnostic de performance énergétique (DPE) réalisé en 2007 sur le site de Kergoat (20 immeubles construits entre 1964 et 1965) ont motivé l’opération de rénovation thermique entreprise actuellement par BMH. Les bâtiments étaient classés E (sur une échelle de A à G) aussi bien pour les consommations énergétiques (entre 231 et 330 kWh ep/m2/an)* que pour les émissions de gaz à effet de serre (étiquette climat). « Dans le cadre de la rénovation, l’objectif est d’obtenir au final une consommation d’énergie inférieure à 90 kWh/m2/an. Près de trois fois moins ! », explique Yves Quiniou, directeur de BMH Les travaux, d’une durée de quinze mois et d’un coût de 8 millions d’euros, s’inscrivent dans le cadre du plan stratégique de patrimoine 2010-2016 de BMH. Ils prévoient le remplacement des chaudières et des menuiseries extérieures, l’amélioration des isolations (toitures, façades, pignons) et de la ventilation, mais aussi l’embellissement général du quartier… Les locataires, qui se sont prononcés à une très large majorité en faveur du programme au printemps 2010, s’acquitteront pendant quinze ans d’une contribution mensuelle égale à la moitié de l’économie globale d’énergie théorique estimée par logement (de l’ordre de 25 euros pour un T4, pour une économie de charge de 50 euros). Rue du Maréchal Clauzel, Marie-Thérèse, locataire à Kergoat depuis trente-neuf ans, exprime sa reconnaissance : « Pour nous, ça change tout. Avant, le rideau du séjour bougeait sans cesse à cause du vent. C’est fini. Le thermostat nous permet de régler le chauffage sans gaspiller. Ces travaux nous ont ravigotés. On a même décidé de renouveler les tapisseries ! ». Même enthousiasme chez Monique, à quelques cages d’escalier de là : « Il y avait une fissure au plafond et nous avions des problèmes d’humidité dans la cuisine et dans les chambres. C’est propre, confortable. En plus, on va faire des économies. »

*Kilowattheures d’énergie primaire par mètre carré de surface hors d’œuvre nette par an.