Alain Masson, vice-président de BMO en charge du développement durable et des grands projets

Alain Masson vice-président à BMO
Le projet de tramway a-t-il été bien accepté ?
Nous avons pris soin d’organiser une concertation approfondie qui a permis d’associer habitants, commerçants et organismes consulaires. Il n’y a jamais eu de tension significative sur le principe même du tramway, même si l’on peut toujours améliorer l’information en temps réel des usagers.
Quels sont vos objectifs ?
La mise en service de la première ligne du tramway, en juin 2012, devrait permettre une augmentation de l’ordre de 40% sur deux ans de l’usage des transports en commun dans l’agglomération. Une partie des bus sera redéployée ailleurs sur le réseau. De nouvelles connexions seront mises en place. Les fréquences augmenteront et les horaires seront, dans la mesure du possible, calés sur ceux du tram. Cela incitera les particuliers à ne plus utiliser leur voiture.
Quelles sont les prochaines étapes ?
Nous avons opté pour un tram-train pour éventuellement le faire circuler sur la voie ferrée et, de cette façon, desservir les communes situées au nord-est de l’agglomération. Pour ce qui est de la réflexion sur une 2e ligne de tram, des propositions seront faites en 2013. Quant au téléphérique surplombant la Penfeld*, il s’intègrera au réseau et sera complémentaire des bus et du tramway.
*410 mètres parcourus en 1 minute à 60 mètres de hauteur entre les deux rives. Environ 1200 passagers par heure. 15 millions d’euros d’investissement. 
Plus d’infos : www.letram-brest.fr