Pays des Abers : les vertus du libre choix

Collecte à Plabennec

La communauté de communes propose aux 11 000 foyers urbains de passer d’un rythme de collecte hebdomadaire à une tournée tous les quinze jours. Explications.

En moyenne, chaque habitant de la CC du Pays des Abers dépose tous les ans dans sa poubelle 269 kg d’ordures ménagères résiduelles qui sont incinérées au Spernot à Brest. Et sur un budget annuel de 3,2 millions d’euros consacrés à la gestion des déchets, l’intercommunalité subit un déficit de 600 000 euros actuellement comblé par le budget général.

C’est pourquoi la mise en œuvre d’une redevance incitative, obligation légale, représente aussi une nécessité en termes d’intérêt général. Il restait à en définir l’esprit et les modalités d’application. « La contrainte n’est pas une bonne solution. Il n’est pas bon de décider unilatéralement. Nous préférons laisser le choix à nos concitoyens », affirme Christian Calvez, président de la CCPA.

La collectivité a donc adressé à la mi-octobre un courrier à chacune des 11 000 familles demeurant dans les bourgs du Pays des Abers ou y possédant une résidence secondaire. À la clé : une proposition honnête qui ne donnera lieu à aucune relance. Actuellement, la collecte des ordures ménagères s’effectue tous les quinze jours en zone rurale et chaque semaine en agglomération. À partir de janvier 2012, les foyers urbains qui le souhaitent peuvent opter pour la fréquence actuelle de la campagne : 26 levées par an au lieu de 52. Le rythme en secteur rural reste inchangé.

Le fait de répondre positivement à telle invitation est vertueux pour l’environnement et les finances de la CCPA. Ce « oui » apporte aussi un bienfait plus personnel. Une famille de deux à quatre personnes paye aujourd’hui 150 euros par an pour 52 levées. L’an prochain, s’il ne change rien à ses habitudes, il déboursera 184 euros. En revanche, s’il relève le modeste challenge des 26 levées, il ne s’acquittera plus que de 132 euros.

Un pronostic ? « Dans les bourgs, 40% des bacs ne sont pas présentés toutes les semaines et 60% ne sont pas pleins lorsqu’ils sont relevés. Alors, je pense que le ‘’oui’’ l’emportera… à 80% ! », sourit Christian Calvez.

Interview de Christian Calvez, président de la Communauté de communes
du Pays des Abers